La plage du Grand Crohot,

Les parasols ouvrent la marche,

En file indienne,

La saison peut commencer.

Sur la plage le photographe

attire parasol et océan

Dans sa boite à image.

 

Comment ne pas se noyer ?

Premier temps : Lever les bras en appel  de détresse.

Deuxième temps : être secouru par un maître-nageur sauveteur. 

Mais pas n'importe lequel ! Prenez le temps de bien le choisir,

car certains sont des top models !!!!!

Certes, une planche permet au surfeur de se mouvoir,

Plus vite et plus longtemps,

Mais seulement.........ce jour-là !

Il n'y a pas de vague !!!!!!!!

J’essaie de garder ma ligne !

Mais c’est plus facile de la tenir……sa ligne !

Grand Crohot ou grand trou en gascon

 

La mer descendante laisse ses traces,

Larmes ruisselantes sur le sable,

Touche de pinceau délicat de mère nature,

Pour appréhender une esquisse de l'infini,

Comme la laisse de mer,

Laisse couler ton imagination ! 

Passion entre vague et nuage

 

D'un simple coup d'oeil,

On devine la passion entre vague et nuage,

L'écume des vagues s'élance dans les cieux,

Pour une ultime caresse avec la vapeur des nuages,

Vains espoirs d'une vague à lame,

Fiancée, imaginaire, de l'océan.

PORTAIL VERS L'AUTRE DIMENSION

L'AUTRE DIMENSION

 

Ne cherchez plus !

Le portail vers l'autre dimension, est là,

Sous vos yeux ébahis le tunnel s'entrouvre,

Plongez dans un monde parallèle !

Vous en rêviez !

Alors plus d'hésitation,

Plongez dans l'écume des vagues,

Si vous ne refaites pas surface ....

Laissez votre imagination voguée au fil de l'eau ....

Et tu verras .... la tasse ou tu passes .... de l'autre côté !   

BIEN INSTALLEE SUR MA DUNE

LA MER EST SI BELLE

 

Je respire, je suis libre,

Le soleil brûle mes yeux,

La mer est si belle avec sa houle lente,

Qui vient de l'autre bout du monde,

Bien installée sur ma dune,

Je contemple ......

Le drapeau la limite ..

 

Evasion, je suis face à la mer,

Face à la mer je navigue dans ma tête,

Dans ma tête flots bleus et sable doré s'unissent.

En quelques brasses j'imagine toucher l'horizon,

L'horizon souligne l'infini, le drapeau la limite.

Aujourd'hui c'est une belle soirée,

L'appel de la vague est le plus fort,

Il tatoue le coeur de poésie,

Et s'en vient s'immiscer au fil du jour.

Sous le ciel d'Aquitaine

La luminosité me subjugue,

Je saisis l'instant furtif de connexion avec les éléments naturels.

La vague,

Elle surgit à sa guise,

S'élève jusqu'au paroxysme,

Et puis se fond en glissant dans l'oubli.

Drakkar venu on ne sait d'où,

Vestige d'un bel arbre gisant au lit du sable,

Forme bizarre d'animal fantastique,

Où se dessine l'histoire de dragons et de fées,

Les yeux dans le rêve, j'emporte mon butin.

L'imagination s'envole bien installée sur son nuage,

Le rêve prend l'air,

Le bout du monde est à portée d'ailes,

Avion en bois flotté ou en zinc, qu'importe !

Laissons-nous emporter !!!!!

Du haut de la dune,

Dune d'où l'on aperçoit le couchant,

Couchant ou déclin du jour,

Jour sans fin pour une fin annoncée.

Si tu reconnais mes pas,

Suis-moi !

Duo houleux sur la planète,

Où mer et désert se côtoient,

Au rythme des marées d'écume,

L'océan vient draguer la dune,

Vague à l'âme pour un sable émouvant.

Oh ! zut !

J'ai oublié mes bâtons de marche !!!!!!

Elle arrive,

La belle écumeuse ......

Waouh !

Vous ! je ne sais pas !

Mais moi, je savoure cet instant !

Je ne suis pas seule,

Je suis avec moi,

Parole de photographe !