2. sept., 2021

ÎLE ET FORT

Île, est mon repère mon idylle,
Je l’observe d’un regard indélébile.
Il n’est de forme plus gracile
Que mon île aux multiples fossiles,
Où s’évadent mes pensées fertiles.
Île est un rocher dénudé et fragile,
Dans lequel mon âme s’exile
Et  me berce de ses paroles volubiles.
 
Enfants de l’alizé nés avec un océan et du soleil plein les yeux.
La    conquête du fort est à nous,
On escalade, plonge, nage, l’instant est précieux,
Plus rien n’a d’importance.
Rocher mal mené luttant contre vents et marées,
il reste notre rocher.